Arrêtez-moi là

Plus d'informations

Disponibilité : En stock, livraison en 72 h ouvrées en France métropolitaine... quinze jours ailleurs.

13,00€ TTC

Sortie fin février 2018

En précommande jusqu'au 20 février

avec - 5 % et frais de port offerts

 

Couv net aml

ISBN : 9782919066681

12 X 19 cm broché
212 pages
13 euros

Lecture du premier chapitre

Polar en France N° 23

« Arrêtez-moi là »

Annabelle Léna – Philippe Paternolli

 

 

Informaticien de génie, Gilles Redon se rend à Paris signer avec un géant de la Silicon Valley le contrat de se vie.

Alors que son TGV entre en gare, un voleur l’agresse et le détrousse de son précieux projet.

La vie de Gilles bascule. Le choc. Il se réfugie sur le massif de la montagne Sainte-Victoire. L'enquête sur sa disparition dévoile que rien n'est aussi simple qu'il n'y paraît. L'agression ne semble pas fortuite. Gilles n'est pas non plus une victime innocente...

 

Première expérience pour les deux auteurs de l'écriture d'un polar "à quatre mains", ils réussissent avec « Arrêtez-moi là » à combiner à merveille leurs styles à la fois différents et très complémentaires. S'inspirant librement d'un fait divers ayant eu pour cadre la montagne Sainte-Victoire en 2011, Annabelle Léna et Philippe Paternolli embarquent le lecteur dans un polar épique et implacable.

Extrait :

"Face à lui, au loin, se dresse la montagne Sainte-Victoire. Massive, puissante. Indestructible.

Gilles traverse la route. Des vignes s’étirent à ses pieds. Une clôture électrique en borde le champ. Tous les cinq mètres environ, une petite pancarte pointe, où se dessine une main électrocutée, pour prévenir quiconque essaierait… Une pancarte pourtant claire : ne plus faire un pas. Gilles la caresse un instant. Bien sûr, il faut écouter les barrières électrifiées… Gilles le sait mais reprend sa route direction Saint Antonin, la Sainte-Victoire, le monde là-haut. Certains diraient : le choc à la tête. Peut-être. Son cerveau a donné l’ordre, son corps a embrayé le mouvement : marcher.

Puisqu’il a tout perdu, autant tout quitter."